Ménopause

Jeanbafourre

Ménopause

© Crédit photo

La ménopause : petit point de vue différent

La ménopause, un cap ? la sagesse ? la vieillesse ?

Pourquoi les symptômes de la ménopause sont différents selon les pays, quasi inexistants en Asie ? est-ce dû aux phyto-œstrogènes dans l’alimentation ou au respect de l’âge qui rime avec grande sagesse ou autre chose ?

L’andropause, quel âge ? quels symptômes ?

Je ne vais pas répondre à tous ces points d’interrogation.

Juste vous faire part de ma compréhension et surtout mon vécu.

Tout a commencé lorsque par hasard, j’ai lu que des prêtresses de l’ancien temps faisaient des rituels sur les hommes et déclenchaient leurs règles quand elles le désiraient (lire la magnifique saga d’Anton Parks : les chroniques de Girku).

J’ai été estomaquée par cette nouvelle et je me suis dit : pourquoi pas moi ?

(bon! un peu prétentieuse, la dame) J’ai pensé en fait « moi, je ne veux plus mes règles ».

Et j’ai eu 3 mois sans règles, même pas peur, j’avais une ligature des trompes !

Quand même, est-ce une ménopause précoce ?

Alors, je me suis mise en méditation et j’ai demandé à avoir de nouveau mes règles juste après cette méditation et, elles sont arrivées ! Encore une excuse pour fêter cette nouvelle inattendue avec du champagne.

Après 2 cycles de règles hyper abondantes et anémiantes, je décide que je ne les veux plus mais que je garde les ovulations, et ça marche !

Vous auriez vu la tête d’une consœur échographe qui me demande la date de mes dernières règles et que je lui donne l’année mais je précise immédiatement  : « ne t’inquiète pas , j’ai eu une ovulation il y a plus de 3 semaines à telle date et une autre hier », ce qu’elle a confirmé, un peu choquée.

Ce n’est pas exceptionnel, on a du pouvoir sur nos corps.

Certaines femmes ont décidé de faire de la rétention de règles comme on fait de la rétention d’urine et lorsqu’elles vont aux toilettes, elles font règles et urines sans besoin de rajouter des protections voir la méthode du « free flow instinct ».

A propos des dosages hormonaux pour définir si nous sommes en ménopause ou non, ils ne sont pas fiables et pire cela nous influence.

Mon dosage hormonal (œstrogènes, progestérones, testostérones) après mon divorce concluait : Ménopause, bien sûr, je n’y ai pas cru, j’avais 40 ans !

Pour faire plaisir à mon amie gynéco, j’ai eu un autre dosage hormonal, 15 ans après qui montrait que je n’étais pas en ménopause, confirmée par le nombre de follicules ovariens à l’échographie mais ma libido était à son maximal. Mon hypothèse est que la libido réveille les hormones.

Encore un autre fait, pour des raisons qui me sont intimes, je décide de faire revenir mes cycles alors que je sentais de moins en moins d’ovulation, voire plus du tout depuis un an 1/2.

Et je me mets à saigner, zut,  j’ai tout de suite modifié mon ordre à mon corps : « non pas mes règles, mes ovulations uniquement» ouf ! ça a marché!

Que peut-on en conclure ?

Nous sommes créateurs de nos vies,

On nous dit qu’à partir de 40 ans, tu vas devenir presbyte.

Avec l’âge, tu vas avoir une sècheresse vaginale, tu banderas moins….

Fais l’essai, trouve une grande excitation sexuelle avec un partenaire et tu verras, tes hormones repartent (si tu ne compliques pas avec tes peurs).

Notre attente de la mort, de la vieillesse, voire de la maladie, on est programmé insidieusement.

  On devrait mettre en doute de nombreux formatages. Avec l’âge, on arrête d’avoir des projets ambitieux, on éteint soi-même notre créativité.

Pour conclure sur la ménopause,

La libido stimule nos hormones, à nous de stimuler notre libido et vice versa.

Pourquoi ne pas prendre des phyto- œstrogènes naturels (les oléagineux comme le soja ou les noix, le thé et le café, les céréales, le pain, les légumineuses, la viande, des boissons alcoolisés ou non, du lin ou sésame, fruits, etc.) qui sont bons pour notre santé?

De s’occuper de respecter notre corps avec sagesse et  joie de vivre . On a bien le temps de vivre dans les nues avec des capacités non humaines, mais on regrettera peut être de jouir de tous nos sens ; je crois que les anges aimeraient toucher notre terre, chut ! ils me l’ont dit dans le creux de l’oreille.

Surtout de stimuler de l’ocytocine en développant l’amour envers soi-même, plus difficile que d’aimer les Autres, d’atteindre un état de douceur envers soi.

Pour conclure plus largement :

Déformatons nos fausses croyances et créons !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*