les multiples orgasmes des femmes

Jeanbafourre

orgasmes_des_femmes

© Crédit photo

Les multiples orgasmes des femmes

Le plaisir, en général, les femmes en ont mais pas toujours d’orgasmes. (Voir article sur le plaisir, jouissance et orgasmes).
Notre corps est hypersensitif et réceptif aux stimuli (la peau et ses zones érogènes, l’ouïe, la vue, le toucher, le goût, l’odorat).
Pourtant, encore 40% des femmes disent ne pas avoir d’orgasmes lors des rapports alors que 85% en ont en se caressant.
3 sensations orgasmiques différentes : Le clitoris, le vagin et le col vaginal.

L’orgasme clitoridien est un plaisir électrique, explosif.
On l’obtient :
Avec les mains, avec des sex-toys, (comme les excellents « aspirateurs-vibreurs » type womanwizer), avec la bouche, avec le pommeau d’une douche, en serrant les cuisses, etc.
Le clitoris n’est pas uniquement le bouton que l’on voit en haut de la vulve ; on sait depuis quelques années qu’il mesure 11-13 cm en érection avec des corps caverneux et spongieux comme une verge. Il se cache dans les grandes et petites lèvres de notre vulve.

L’orgasme vaginal est un plaisir que beaucoup de femmes ont mais qu’elles ignorent, s’attendant à une explosion comme avec le clitoris.
Il s’agit d’orgasmes évoluant par vagues, comme un surfeur, on monte, on descend.
Plus on en est consciente, plus il s’amplifie.
Le vagin est comme la belle au bois dormant, il dort s’il n’est pas stimulé ; il n’y a pas que le point G qui provoque des orgasmes, le Kâma-Sûtra parle de plusieurs dizaines de points G.
Un peu plus en profondeur du point G, il y a le point provoquant la fontaine, que toutes les femmes ont, si on le stimule (en passant sur la sensation d’envie d’uriner qui est normale).
Il existe des points partout comme le point K à l’opposé du point G sur la paroi postérieure du vagin qui est stimulé en position de la levrette.
En fait, tout notre vagin est sensible aux mouvements de pénis ou godemichet, avec une certaine pression et des essais scientifiques qui stimulaient avec des instruments ou seulement en touchant différentes zones de notre vagin (point G et col) ont conclu que le vagin était globalement insensible. Ces études ont retardé la connaissance sur le point G.

L’orgasme du col, le meilleur mais qui ne serait connu que par 2% des femmes !
Il « monte » comme l’orgasme clitoridien avec une zone de non-retour mais au lieu d’exploser, il implose et fait vibrer tout le corps, jusqu’au sommet du crâne et débouche le nez (bon, bien sûr il faut qu’il soit bouché avant ! )
Si on associe différents plaisirs comme clitoridien et vaginal, ou que les orgasmes s’enchainent au point de se télescoper et d’augmenter en intensité, on peut dire que nous avons une multitude d’orgasmes.
Si on prend conscience que l’on peut jouir de sensations comme la vue, le toucher, entendre la jouissance du partenaire, la stimulation des seins, les mouvements de bassin à eux seuls peuvent provoquer des orgasmes. Etre en état modifié de conscience, ouverte aux perceptions de la nature par exemple ou de nos sensations, nous pouvons avoir des orgasmes avec spasmes vaginaux qui peuvent durer longtemps et reviennent comme un métronome.
La perception des spasmes vaginaux est plus facile quand ils sont sur le premier tiers du vagin, les orgasmes plus profonds sont plus difficiles à sentir, d’où la position du bassin avec fermeture des jambes et bascule antérieur du bassin (ou petit coussin sous les fesses) qui permet plus de perception du fond du vagin. Sensation très forte des spasmes vaginaux dans les orgasmes profonds ou celui du col.
Plus nous sommes sensibles à nos sensations et plus nous jouissons.
La présence d’un amoureux à elle seule, nous met dans un état modifié de conscience, comme dans un état de transe qui favorise les orgasmes jusqu’à l’extase.
Certaines femmes sentent l’Energie de la Kundalini le long de la colonne vertébrale et se connecte avec l’Energie du partenaire pour atteindre le summum du plaisir même sans pénétration.

L’orgasme anal, identique à celui de l’homme, bien que l’orgasme du col puisse être entraperçu dans certaines positions (à trouver soi-même). ( voir article l’orgasme anal et ses difficultés).

Mixer-les ensemble les différents plaisirs et l’équation est presque infinie. J’exagère un peu mais c’est très féminin, c’est surement dû au fait que depuis des millénaires, on ne nous écoutait pas.
La meilleure alchimie est l’amour et sublime le plaisir.
Le plaisir peut se conjuguer dans la lenteur, la respiration avec les vagues du tantrisme ou dans la passion.

1 Comment

  1. Pingback: Le plaisir, la jouissance et l'orgasme | Institut-HS

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*